Category: Un peu de sérieux


Je sais pas si c’est ma vie qui se place tranquillement pas vite ou peut-être la maison en face de chez nous qui est à vendre ou peut-être le mal de gorge que j’ai depuis ce matin qui commence à m’affecter ou peut-être un mélange de tout ça,

Mais j’ai une soudaine envie de m’acheter une maison!!

Il me semble que je serais bien avec mon amoureux dans une belle petite maison avec 3 chambres à coucher (la nôtre, une chambre d’amie et un atelier), une petite cours où on ferait un côté jardin et un côté zen, un petit garage pour mettre nos pelles, notre tondeuse, nos outils……..

Il me semble que je serais motivé à faire un Jean-François de Décore ta vie de moi-même et de gosser sur ma maison!!

Bref, tout ça pour dire que je regarde des sites de maisons à vendre depuis que je suis debout…

Avoir une discussion spirituelle avec sa belle-maman
et avoir le sentiment d’avoir amené un « petit quelque chose » à sa vision de la vie…
Ça n’a pas de prix!!!

J’ai bien aimé ce moment chère belle-maman!!

XXX

Quand ta moyenne est de 89.25% (sur 4 cours à date) alors que la moyenne du groupe est de 78.00%…
Tu te rends compte que tu travailles fort, mais pas pour rien!!!

Je suis ben fier de moi

La pire erreur est de ne pas apprendre de ses erreurs!

Où étiez-vous?

Que faisiez-vous il y a 10 ans jour pour jour???
Où étiez-vous?
Je suis sûr que tout le monde s’en souvient…

Moi, je venais de me séparer de mon chum du temps (Kewn), je ne feelais pas vraiment, c’était le début d’une année qui allait être TRÈS difficile sur le plan moral pour moi. C’était aussi l’année, où la plupart des bars de Montréal étaient vandalisés.

La veille, un bar, presque en face de chez moi, sur la rue Ontario, avait brûlé.

Je me suis levé ce matin là et je regardais la télé… Comme tout le monde!
La première tour avait été attaquée et j’étais découragé, abasourdi, gelé… Je croyais rêver.
Quelques minutes après que les tours s’effondrent, on cogna à la porte. Encore en boxer, j’allais répondre au pompier qui me disait de sortir le plus vite possible parce qu’il y avait une fuite de gaz importante dans le quartier.

J’enfillais mon pantalon le plus proche, mis mon chat, « Feu-Horace », dans sa cage et sortis dehors.
Aussitôt plusieurs personnes nous criaient de courir le plus loin possible…

Ils avaient détruit, avec des pelles mécaniques, les restes du bar brulés et avaient brisé un conduit de gaz au passage.

QUE DE STRESS!!!

Après 1h30-2h00 d’attente dans un parc pas loin de chez moi, sans argent, sans téléphone, je pus retourner dans mon « confortable » appartement et je dus aller travailler au club vidéo déserté.

Personne n’allait venir louer de film ce soir là, ils avaient tous (et sur tous les postes) le meilleur scénario jamais imaginé…

Même si, aujourd’hui, plusieurs (dont moi) pensent que toute cette histoire à été inventé et scénarisé par le gouvernement américain, j’ai une pensée pour les victimes du 11 septembre 2001. Même si plusieurs civils sont tués dans les pays arabes sans raisons, il ne faut jamais oublier que les victimes de « l’attentat du 11 septembre », eux aussi, n’ont jamais mérité la mort.

Et vous, où étiez-vous? Que faisiez-vous?

Le titre dit tout…
mais pour ceux qui ne m’aurait pas compris, moi je me dis que si tu ne votes pas, tu ne peux pas chialer sur les problèmes de la société, les lois, le premier ministre…

C’est bref, mais ça veut tout dire!!

Vous êtes un peu perdu avec la politique?

Vous ne savez pas vraiment quel est le parti avec lequel vous avez le plus d’affinités?

Je viens de découvrir un excellent outil, sur le site de Radi0-Canada, qui, avec quelques questions d’ordre général sur la culture, le mariage entre conjoint de même sexe, sur l’armée ou sur l’environnement, vous aide à trouver le parti politique dont vous êtes le plus lié parmis vos idées, vos valeurs…

Cliquez ici pour vous situer

ATTENTION!!
LE RÉSULTAT PEUT ÊTRE SURPRENANT

 

EDIT 05-04-2011

Ok… Je viens de faire 4 fois le sondage en répondant chaque fois différemment aux questions voici les résultats :

Le parti dont je suis le plus proche :
Libéral 3
Conservateur 1

Le parti dont je suis le plus loin :
Conservateur 3
Libéral 1

Jamais, le NPD, le Bloc ou le parti vert sont arrivés dans un ou l’autre des choix…….

Ce que je pense c’est que…

C’EST DE LA MARDE CE TEST LÀ!!!

Je pense que ce n’est plus un secret pour personne; j’ai consulté des psychologues à plusieurs reprises dans ma vie.

Depuis six ans, je travaille à l’hôpital BEEP et ils offrent un service d’aide aux employés. C’est de l’aide à court terme (maximum 8-9 scéances), mais nous pouvons y aller plusieurs fois. Personnellement, depuis 6 ans, ça fait 5 fois que j’y vais. Pour différents problèmes; dont la fois où je me suis fait attaquer à la sortie d’un bar, ou encore seulement pour consulter pour parler de mon enfance ou pour, tout simplement laisser sortir un trop pleins d’émotions.

Il y a deux mois, je suis allé les voir parce que j’appréhendais beaucoup ce qui s’en venait (futur déménagement, genre de burnout de mon ptit homme, futur retour à l’école…)

Ma psy du moment, qui n’est pas la même que j’ai eu dans le passé, m’a fait comprendre que je souffrais d’anxiété général. Quand elle m’a dit ça, à ma première séance, je lui ai répondu « Non, mais je fais beaucoup moins de crises d’angoisse qu’avant. Avec mon autre psy, j’ai beaucoup travaillé pour mieux gérer mes crises d’angoisse. »

Sans aucune hésitation, elle me répond : « Je ne vous parle pas de crises d’angoisse, je vous parle d’anxiété. »

Sur le coup, je n’étais pas sûr de ce qu’elle avançait, mais elle m’a fait comprendre que le fait que j’appréhendais le futur comme ça, que je consultais en prévention à ce qui allait se produire; c’était ça de l’anxiété. Quant aux crises d’angoisse, elles sont souvent générées par l’anxiété. Elles surviennent quand l’anxiété devient trop forte.

Bref, tout ça pour dire que je fais de l’anxiété généralisé. Je m’inquiète pour un rien, j’ai des pensées qui reviennent sans cesse, malgré le fait qu’elles me ruinent la vie… Je me remets beaucoup trop souvent en question par rapport à mes paroles, mes gestes, mon apparence… Je m’inquiète à propos de mon cas, mais je me fait du mauvais sang aussi à propos de la vie de mes amis, de ma famille… Je fais le l’insomnie, je suis tendu, je suis fatigué…

Hier, j’avais ma troisième rencontre avec elle et j’ai parlé beaucoup de mon inquiétude par rapport aux événements météorologiques mondials. Vous allez peut-être me trouver ridicule, mais je suis beaucoup affecté par ce qui se passe dans le monde (changements climatiques, catastrophes naturelles, guerres, les chemtrails, pauvreté, le contrôle que les gouvernements font sur nous…)

Je m’informe et je trouve ça important de m’informer sur ces évènements. Ça m’effraie, mais en même temps ça m’intéresse. Étrangement, je suis attiré par ce genre d’évènements. J’aime ça regarder des vidéos ou des photos sur internet de ce qui s’est passé au Japon, au Sri Lanka en 2006, le tremblement de terre à Haïti, le réveil des volcans dans le pacifique, les hécatombes de poissons et d’oiseaux un peu partout dans le monde depuis quelques mois… Je sais par contre qu’il faut en prendre et en laisser, comme ce qu’on nous dit dans les bulletins de nouvelles télévisés en fait.

Ma psychologue m’a alors donné un conseil qui m’a laissé un peu perplexe… Elle m’a dit d’arrêter de m’informer parce que de toute façon, je ne pouvais rien faire pour ça. Que nous étions beaucoup trop informés pour ce que notre cerveau était capable de prendre. Elle est ensuite tombée sur le cas « facebook » en me disant que facebook ruinait nos vies et causait un grand stress à la population. Elle me demande si je suis sur facebook et me dit que je devrais lâcher ça, que ça m’aiderait à ne pas savoir ce qui se passe sur la planète.

Je suis un peu d’accord avec elle, mais je lui explique que j’ai géré « du mieux que facebook me le permettait » les informations qui sont publics sur mon compte. Je lui annonce alors que j’ai aussi un blogue depuis 1 an et ½ que je mets à jour environ aux 2 jours.

Elle me dit que malgré le fait que je sois incognito sur mon blogue, que je devrais tout lâcher ça et que ça me cause du stress pour rien.

Je lui explique que mon blogue me permet, en quelques sortes, de sortir un trop plein de mot, un trop plein d’idée, un trop plein d’émotion… Que ce n’est pas à cause de mon blogue ou de facebook si je suis informé (et inquiet) de ce qui se passe sur notre (de moins en moins) belle planète. On en entends parlé partout; sur internet, mais aussi dans les journaux, à la télé, dans les discussions entre collègues de travail, entre amis et aussi dans la vie de tous les jours parce que la température change et est de plus en plus instable… Je ne peux pas m’empêcher de « savoir ».

Elle m’a laissé en me disant : « Vous pensez trop aux autres et pas assez à vous. Lâchez prise! Ce qui arrive au Japon présentement n’arrivera jamais à Montréal, ni même au Québec… On ne peut rien faire. Lâchez prise! »

Je suis resté sans mot, abasourdi… Je devais avoir l’air de ce singe (scusez-la mais j’ai cherché sur internet « abasourdi » et j’ai vu cette beaucoup-trop-hot photo) parce qu’elle a aussitôt enchaîné en disant : « Vous ne pouvez rien faire, dans le fond vous êtes anxieux à cause de votre impuissance. Normalement, vous faites tout ce qui est en votre pouvoir pour aider les autres, mais là, vous ne pouvez rien faire. »

Je suis sortis de là un peu frustré. Je comprends qu’elle a voulu me faire comprendre que je m’en demande trop… C’est vrai dans un certain sens que je ne peux pas faire grand chose pour les japonnais, mais est-ce que je devrais me boucher les oreilles et les yeux aussitôt que j’entends parler de leurs problèmes?? Est-ce que je devrais ne plus m’informer et ne plus parler de ces évènements parce qu’ici au Québec, on ne vit pas ce genre de choc?

En cette journée de la femme, j’aimerais rendre hommage aux femmes de ma vie. Des femmes qui ont été, qui sont, à leurs façons, importantes pour moi.

FEMMES… JE VOUS AIME!

Maman la tricoteuse : Je vous l’ai présentée en long et en large dans ce portrait qui démontre assez bien notre complicité. Ma mère a été, de biens des façons, un modèle pour moi, une idole… Je lui redis encore une fois : JE T’AIME… LÀ!

La frisée : Elle aussi a été et est toujours très importante dans ma vie. Nous avons souvent dit qu’elle était mon autre moitié… Elle a eu droit, elle aussi à son portrait sur ce blogue. Quelques différents sont apparus dans nos vies au court des derniers mois, mais nous savons dans notre plus profond que nous serons toujours amis.

Ma gang de filles à la job : Maman Marmotte, Mme Cadran-sous-l’oreiller (qui est plus importante pour moi qu’elle ne le croit), Lolo, Les 2 Annie, Sylvie, Pascale, Francine, Monique et bien sûr ma fleur haïtienne… Je vais toujours garder une place spéciale dans mon coeur pour chacune de vous.

Ma mini-soeur qui était la personne parfaite pour ma chicaner quand nous étions plus jeunes et qui est devenue avec le temps, une confidente, une amie… JE T’AIME MA SOEUR!!

La nouvelle femme de ma vie; ma ptite grenouilleBelle comme ça ne se peut pas! Je ne me suis jamais sentis aussi loin du Lac St-Jean que depuis que j’ai vu sa minuscule binette.

Les filles de fleuristerie : Lorsque je suis partis de la maison, à 16 ans, je suis allé habiter à 1h de chez mes parents pour étudier en fleuristerie… avec 13 filles! Elles ont été des filles qui m’ont fait grandir. Elles ont été très importantes dans mon développement personnel. Elles me manquent ÉNORMÉMENT!

Toutes mes tantes (j’en ai 11 en tout), mais particulièrement ma tante préférée (ce n’est plus un secret!!) Chantalle, mon autre tante préférée Andrée, ma tante Claudette (pour ton écoute), ma tante Guyguy (pour la bonne bouffe) et bien sûr ma fée marraine

Mes cousines (je ne sais même plus combien j’en ai en tout) qui me manquent souvent, je pense particulièrement à Mélany, Laurie, Marilyn, Caroline, Stef, Véro, Karine, Annie, Vicky

Gina, mon amie d’enfance… Grâce à elle, je pouvais me « libérer » l’esprit de la maison lors de mon enfance. Nous avons joué aux Barbies, nous avons chanté, dansé, fait les cons… Nous avons joué au badminton jusqu’à la tombée de la nuit, où nous ne pouvions même plus voir le moineau… Et je ne pourrais parler de Gina, sans penser à sa soeur, Cheveux, mais surtout à sa mère.

Sa mère qui m’a emmené ailleurs… Elle avait une autre manière de penser. MERCI pour votre patience, pour votre hospitalité, pour votre gentillesse!!

Mes amies que j’aime indéfiniment; L’avocate, La voyageuse, La tueuse de poussin, La dame en bleu, L’ex stagiaire, La future mariée… Chacune à votre manière vous êtes importantes à mes yeux. JE VOUS AIME!

Ma grand-maman d’amour
Mon arrière-grand-mère, à qui je pense souvent

D’autres femmes m’ont beaucoup inspiré à leurs manières; Janette Bertrand, Diane Dufresne, Françoise David, Clémence Desrochers, Christiane Charette, Tina Turner, Lady Diana, Marge Simpson (faut être forte pour endurer une famille de même!), Véronique Cloutier, Denise Filiatrault et bien sûr Céline… bin oui!!

Céline Dion! Maudit que c’est quétaine, mais elle a été très importante à une certaine période dans ma vie. Avec sa voix, elle me réconfortait, sans le savoir, à sa manière!

Paraitrait-il qu’aussitôt que je parle de quoi que ce soit par rapport à ma vie, je parle de mon homosexualité!!!!!

C’est ce que je me suis fait dire la semaine passée, par quelqu’un de la job, appelons-la madame H, qui est relativement proche de moi… du moins à mon travail.

Selon elle, lorsque je parle de mon ptit homme, peu importe le sujet, je parle de mon homosexualité. Il y aurait, encore selon elle,  une différence entre elle qui parle du souper qu’elle a fait avec son conjoint, son fils et sa fille et moi qui parle de mon souper d’hier avec mon amoureux. 

Bref, je me suis fait dire que je parlais d’homosexualité parce que je parle facilement de ma vie, de mon chum, de mes amis gais, du bar gai que j’ai visité… Pourtant, je parle autant de mes amis hétérosexuels, de mes projets d’école, de ma famille, du gym où je me suis inscrit, de la cours que j’ai pelletée, de ma plante en train de mourir et que je ne suis pas capable de récupérer…

Je parle de ma vie, POINT.

D’après moi, lorsque je parle de mon amoureux qui va à la piscine depuis sept mois, c’est équivalent à mon amie, maman marmotte, qui me parle de son mari qui va au gym cinq fois par semaine… Si je parle du jeu d’XBOX que mon ptit homme s’est acheté hier soir, c’est pas pire que l’avocate qui me parle de son chum qui vient de s’acheter une nouvelle voiture… Si je parle de mon ami Le Lemming et son chum, c’est comme quand je parle de ma mini-soeur et mon beau-frÉre

Cette conversation a commencé en parlant d’une collègue de travail lesbienne (sans la nommer parce que ce n’est pas tout le monde qui le savait), appelons celle-ci madame L, qui commence à peine à en parler, malgré le fait qu’elle travaille à l’hôpital depuis plusieurs années. J’ai été un des premiers à qui elle en a parlé et elle m’a avoué l’année passée que j’avais été un modèle pour elle de ce côté, qu’elle me trouvait bon d’en parler aussi facilement, qu’en me voyant agir de la sorte, elle avait eu le goût d’arrêter de se cacher, d’arrêter de mentir, de se mentir… Elle a commencé tranquillement à en parler, en se libérant avec les gens en qui elle a le plus confiance.

À la base, mme L est assez discrète et timide… Elle ne parle pas facilement de sa vie en générale… de la pièce de théâtre qu’elle a vu hier soir, de ce qu’elle a cuisiné à la maison en fin de semaine passée, de sa mère, de son frère, de ses chiens… Donc, c’est normal de ne pas entendre parler de sa blonde.

Mais étrangement, depuis qu’elle a avoué son homosexualité à quelques personnes, elle parle plus de sa vie en générale…

J’essayais d’expliquer à madame H, que si une personne est timide normalement, qu’elle ne parle pas vraiment de sa vie en générale, il est normal de ne pas entendre parler de sa vie amoureuse… Par contre, si la dite personne (homosexuelle ou hétérosexuelle) est comme moi, une pie qui parle de n’importe quoi sans trop de censure, mais qu’elle ne parle jamais de son/sa conjoint/e, qu’elle évite le sujet ou pire encore, qu’elle ment en disant « mon chum » (quand en fait c’est une blonde) ou l’inverse… Je n’approuve pas du tout! En fait, je n’encourage pas ça.

En fait, mon point était que je comprenais que ce n’était pas toujours facile d’être ouvertement gai, mais que je n’encourageais pas les gens qui décidaient de cacher leurs orientations sexuelles ou pire encore, de mentir pour cacher leur vrai « eux ». Je ne dis pas que les homosexuels sont obligés d’en parler et de le crier sur tous les toits… Au contraire!!!

D’après ce que j’ai ressenti lors de cette discussion avec Mme H, ma vie intime serait moins parlable que la vie intime de mes compatriotes hétérosexuels.  Comme si, parce que je parle de mon chum, mes discussions seraient axées sur ma vie sexuelle. Ça m’arrive quelques fois de parler de sexe, un peu comme tout le monde, mais je ne suis vraiment pas le genre de gars à n’avoir que ça en bouche.

Plusieurs questions me sont restées en tête après cette discussion… Pourquoi appelle-t-on ça « homosexualité, hétérosexualité, bisexualité »?? Suis-je gai seulement dans mon lit? Devrais-je attendre que les gens me posent « LA » question avant de parler de ma vie amoureuse? Devrais-je parler de mon ptit homme en disant « ma blonde »?

 Qu’en pensez-vous?

%d blogueurs aiment cette page :