Les champs se sont transformés en centre commercial

Les jardins en stationnements

Le bruit des rivières et du vent dans les arbres s’est transformé en bruit continu de voisin, de sirène et de trafic

Les forêts sont devenus des immeubles

Le scintillement des étoiles est disparu derrière la pollution lumineuse de la ville

Les chevaux et les vaches se sont transformés en chats errants et en itinérants

Les bonjours chaleureux des gens de la campagne sont devenus des regards distants et méfiants

.

.

VIVE MONTRÉAL!

Publicités